Media Monitoring Study Run by the Tunisian Association of Democratic Women: “Not encouraging at all!”

News article, posted 09.23.2011, from Tunis, Tunisia, in:
Author: 
Mona Ben Gamra
Language: 
French
Media Monitoring Study Run by the Tunisian Association of Democratic Women: “Not encouraging at all!” (Photo: fidh.org)

An ongoing media monitoring study released some early statistics on September 5th, covering radio, television, and newspaper coverage of the Tunisian political scene. The study is led by the Tunisian Association of Democratic Women (Association Tunisienne des Femmes Démocrates), a long-time feminist opposition group active also under the Ben Ali dictatorship.

The study notes that newspapers dedicated significantly more space to party and political figure activities than to details on the electoral process. “Political and ideological quarrels,” the study’s authors wrote, “have taken the upper hand to the detriment of citizen education.” The study also reveals that, up until the time of publication, political advertising had occupied one out of every five newspaper columns.

Radio stations surveyed, on the other hand, featured significantly higher percentages of airtime dedicated to citizen debates (35.79%), whereas almost 70% of Tunisian television station airtime was reserved for debates.

[Note: Almost all of these televised debates are conducted in a mixture of Tunisian and Modern Standard Arabic, with some French terms, whereas one radio station – RTCI – and two prominent newspapers are completely Francophone.]

The study also regretfully notes the absence of coverage of female political actors by the media. The study is scheduled to finish December 22, 2011.

Original Language Text: 

Les résultats d’une étude réalisée par l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD) en collaboration avec d’autres acteurs de la société civile ont été présentés hier lors d’une conférence de presse tenue par la coordinatrice dudit «  media monitoring en période de transition démocratique ».

Sana Ben Achour a expliqué qu’il s’agit, en effet, d’une étude de contenu médiatique plutôt qu’une simple observation des médias. Le but étant de donner plus de visibilité, à qui le souhaite bien, quant au paysage médiatique pendant la période pré-électorale et surtout de s’en servir comme un document référence pour la période avenir.

La présidente de l’ATFD, Ahlem Belhadj a de son côté fait remarquer que ce rapport préliminaire se veut un, tant soi peu, révélateur du sérieux de l’association qu’elle préside, laquelle a été objet de critiques acerbes depuis qu’elle a annoncé son intention de mener cette enquête. « Mais on n’est pas à notre première étude en ce sens, puisqu’on a fait presque le même travail en 2004 en collaboration avec la Ligue tunisienne des droits de l’Homme puis en 2009. On a annoncé que les élections de 2009 ne sont autres qu’un préalable pour briguer un autre mandat en 2014.  Nous sommes devenues depuis en butte à des harcèlements. Cela nous a valu des persécutions sans fin et sommes devenue en butte à des harcèlements même dans nos lieux d’habitation et de loisirs. » avance Sana Ben Achour qui se dit tout comme ses compagnons de route prête à continuer sur cette même lancée. Et qu’en est-il de la question de la femme. Comme par stoïcisme, les femmes démocrates veulent se montrer présentes sur la scène médiatique même si des esprits obscurantistes veulent les priver ce droit. La sacro sainte question de la levée des réserves sur la Convention des Nations Unies contre toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) a été rappelé par Ahlem Belhadj qui a annoncé qu’elle a été  ainsi que des représentants d’un collectif d’associations pour discuter de la question avec la ministre des affaires de la femme, le matin.

[Excerpt—See accompanying URL for full original text]